De brique et de mortier pour des fondations solides

Email    
Merci de partarger

Guide Offert "39 Blogueurs on gagné leurs premiers Euros"


Vos données restent confidentielles. Déclaration CNIL N°1629666

Ou, comment éviter de se faire piéger lorsque l’on embauche quelqu’un ?

J’ai de temps en temps abordé sur le blog qu’il fallait déléguer et faire appel à une personne extérieure pour réaliser un travail que l’on ne sait pas forcément réaliser soi-même.

Je suis une personne hyper active dans le travail et si les choses ne fonctionnent pas comme j’en ai envie, je prends vite la mouche et peux m’énerver facilement.

Vous pourriez d’ailleurs demander à ma femme (Tiens ça me rappelle un truc ;-)) pendant un événement concernant le montage ou le démontage de la sono lors d’une soirée.

Je peux rapidement devenir désagréable si une question parvient à mes oreilles pour un détail qui me semble évident.

Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ?

Si vous êtes une personne hyper active, vous aurez tendance à vouloir faire tout seul les choses et je vais vous expliquer pourquoi.

Si vous êtes un cheval de trait, il faudra prendre votre temps et vous entourer d’un ou plusieurs mentors pour creuser vos sillons.

Par contre, si vous êtes un procrastinateur, il faudra avant de vous former aux techniques du marketing, faire un travail sur vous-même pour résoudre ce point noir qui vous bloquera.

Voici l’anecdote :

Avec mon partenaire, nous avons fait appel à un développeur afin de réaliser un projet ambitieux pour vous aider cette année. Un contrat a été signé engageant celui-ci à réaliser et livrer le produit sous 30 jours.

Les jours passent et se ressemblent.

Plusieurs échanges par courriels et téléphones n’ont pas suffit.

Une provision a été versée en plus d’un contrat qui l’implique en tant qu’associé, c’est-à-dire qu’il sera rémunéré à chacune des ventes sur le produit.

Trois mois et demi se sont déjà écoulés, plusieurs tests non concluants effectués, et en ce début d’année toujours rien. Sans compter que le développeur est parti se faire dorer la pilule au soleil pendant 15 jours en nous laissant en plant :(

Nous sommes bientôt à la fin du mois de janvier et le produit n’est pas encore sorti.

Mon partenaire temporise, mais si cela ne tenait qu’a moi, il y aurait longtemps que j’aurais résilié le contrat et demandé le remboursement des frais pour contrat non honoré.

Moralité

Si vous êtes un Hyper actif, il va falloir vous entourer d’un Freelance de confiance et qui respecte ses engagements.

En une phrase : Faîtes appel à des personnes compétentes et professionnelles et pas à des bidouilleurs. Il y a beaucoup des soi-disant : « je sais tout » sur internet, mais très peu de personnes sont vraiment compétentes.

Avant d’engager une personne pour effectuer le travail que vous souhaitez, renseignez-vous attentivement sur celle-ci en lui demandant un porte folio du travail déjà réalisé. Pour éviter des ennuis similaires vécus ces derniers mois, sans compter le stress que cela peut engendrer, faîtes attention si vous engagez un freelance.

Ce type d’expérience vous est-elle déjà arrivée ?


10 Articles qui peuvent vous plaire:



5 réponses à Êtes-vous plutôt hyper actif, cheval de trait ou procrastineur ?

  • bonjour,
    Je ne pense pas qu’il faille tempérer dans ce cas là et surtout après tout ce temps…
    Un contrat est un contrat, même si on peut aménager un contrat lorsque l’on voit qu’avec toutes les bonnes volontés ce sera court (dans ton cas, ton partenaire-développeur étant impliqué, cela me semble normal de faire la part des choses, mais jusqu’à un certain point )

    Il semble que nous ayons des traits de caractère semblables, mais bon ne s’écrit pas avec un C, beaucoup de temps écoulé, visiblement un manque d’entrain sur ce projet, et à la clé un contrat qui ne sera finalement pas honoré.

    Les bons conseilleurs ne sont pas les meilleurs payeurs, mais dans ces cas là, il faut mettre en avant les clauses que tu as dû mettre en cas de non-respect des délais par exemple et mettre cela dans les mains d’un avocat.

    Pour le fait de sous-traiter, on assiste effectivement à de plus en plus de personnes qui se baptisent pseudo-experts-professionnels, ce qui complique la tâche dans la recherche d’une personne compétente.(perso je ne sous-traite rien !)
    Je crois que ce qui importe le plus, est de savoir jusqu’ à où cette personne va s’impliquer dans votre projet,(et c’est peut être bien là tout le problème, cette personne va-t-elle être autant impliqué que vous ?) je dirais qu’il vaut mieux commencer par des projets de test pour voir comment cette personne travaille plutôt que lui balancer un gros projet.
    Je ne sais pas de quelle nature est ton projet, mais pourquoi n’as-tu pas essayé les sites d’étudiant en recherche de job, c’est parfois intéressant dans les 2 sens.
    Amicalement

  • Oh la la!

    Tu en as de la patience! Dans l’univers de la sous-traitance il faut surveiller de très près.

    J’ai « investi » plus de 7000 euros pour « apprendre » l leçon.

    Maintenant si je sous-traite, les objectifs sont hebdomadaires et les rapports d’exécution doivent démontrer l’atteinte de chacun des objectifs de la semaine. S’il y a non-respect de l’entente (car les objectifs de la semaine doivent être approuvés AVANT la fin de la semaine précédente), la pénalité S’applique immédiatement et la somme versée ne représente qu’une partie du contrat.

    Par exemple, un projet à réaliser sur 10 semaines sera payé ainsi:

    50 % à la livraison finale après approbation de la dernière version de travail
    5 % à la fin de chaque semaine quand les objectifs de cette semaine ont été atteints (et après confirmation que ce travail est bien effectué, quitte à demander des tests pour valider)

    Chaque semaine de retard ne sera pas payée en plus de générer une pénalité sur le paiement final.

    10 % de pénalité sur le paiement final pour chaque semaine de retard. Donc, si le programmeur se prend « le beigne » durant les 10 premières semaines et fourni le travail final qu’après la 13e semaine il recevra 10 x 5% durant les 10 premières semaines et
    une pénalité de 30% sera appliquée sur la somme à payer à la fin. Ce qui donnera ceci:

    30 % de 50 % = 15 % de pénalité ce qui ne laisse que 35 % du montant total à verser en paiement final au lieu du 50 %.

    Donc, plus le programmeur perdra du temps et moins il sera payé. Au pire, il aura travaillé et atteint tous les objectifs durant les 10 semaines et n’accumulera aucun retard mais ne fournira pas la version finale complétée et il ne sera payé que 50 % du montant total du contrat. Ceci te laissera 50 % pour faire tester et compléter le travail par un autre au besoin.

    Pour que ce système fonctionne, il faut être en mesure de vérifier le travail à toutes les semaines de manière très sérieuse car si on approuve le travail de la semaine sans pouvoir évaluer que c’est du bon travail qui sera réellement valide pour le produit final, et qu’on se trompe, alors on paye pour rien.

    Je n’ai pas de leçon à te donner Stéphane, on passe tous par ce que tu passes présentement. Mais quand un programmeur agit ainsi, il serait bon que son nom soit publié pour que ceux qui voudront lui donner d’autres contrats sachent à quoi s’attendre. Sur les sites du genre elance.com, les clients peuvent laisser leurs remarques et les programmeurs qui agissent comme celui avec qui tu as signé cette entente se font vite identifier comme étant non professionnels et à éviter.

    Tout ce que j’espère c’est que ton programmeur lise cette page de ton site à son retour de vacances afin qu’il mesure l’énormité de sa négligence. Nul ne peut agir ainsi sans en payer le prix un jour ou l’autre.

    Sylvie
    p.s. Il est toujours possible de renégocier lorsque le sous-contractant rencontre une situation imprévisible et ceci doit être ajouté au contrat et signé par les deux parties. On a quand même du coeur…. mais faut pas abuser !

  • Effectivement, quand on fait appel à un freelance, il vaut mieux se renseigner avant. D’ailleurs les freelances sérieux sont déjà généralement surbookés. Mais en revanche, rien n’empêche de tester dans un premier temps un prestataire (après s’être renseigné sur son travail bien entendu) sur une petite portion de travail avant de lui confier un projet, surtout si le succès de son entreprise dépend en partie de l’aboutissement de ce projet…
    En revanche, comme beaucoup de rapports humains, la relation dépend également de la personnalité de chacun et ce qui peut marcher avec l’un peut ne pas convenir avec l’autre…
    Quant à vouloir absolument impressionner et cadrer le sous traitant dès la signature du contrat en lui plaçant une belle epée de Damoclès a

  • Bonjour,
    J’ai déjà fait appel à des prestataires externes, à chaque fois j’essayais d’en apprendre le plus possible sur eux pour voir si ils étaient de confiance ou pas, et puis je commençais avec eux par des genres de tests, des petites missions qui ne me mettraient pas trop dans la mouise si elles n’étaient pas faites comme il faut ou à temps. Mais malheureusement parfois, comme dans votre cas personnel, c’est plus compliqué à trouver ce genre de petites choses test, et donc c’est très embêtant quand le travail du prestataire n’est pas au rendez-vous…

  • Rusty Curry dit :

    Lorsque vous travaillez avec une personne au caractère difficile, commencez par localiser le problème à l’intérieur de vous. Dans son livre Learning in Relationship, le Dr Ronald Short affirme: «L’effet qu’une personne a sur nous (les sentiments et les pensées que nous avons en nous-mêmes) relève de notre responsabilité. Pour comprendre cet effet, nous devons nous regarder nous-mêmes, et non juger les autres» (1998). Rappelez-vous de prendre pour règle de ne pas vous sentir personnellement visé (ce qui est plus facile à dire qu’à faire!). Vous n’êtes pas responsable de la façon dont les gens agissent: les gens parlent et agissent selon ce qu’ils vivent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *